BBVA s’accorde avec les syndicats sur un ERE avec 2 935 licenciements


BBVA et les syndicats sont enfin parvenus à un accord pour le premier ERE de l’entité. Après plus d’un mois et demi de négociations, entre la période formelle et les négociations précédentes, 2.935 travailleurs seront finalement concernés par les licenciements, selon des sources syndicales. Les parties ont dû se donner quelques jours supplémentaires car elles n’ont pu parvenir à un accord dans les délais convenus. Concrètement, il y aura 2 725 sorties et 210 congés incitatifs, comme cela avait déjà été avancé lors des réunions précédentes.

CCOO a conclu dans un communiqué que l’accord final consiste à réduire de 863 personnes les effectifs initialement prévus. Au début de la négociation, BBVA a mis sur la table un ERE qui a touché 3 798 travailleurs, qui a diminué ces dernières semaines avec différentes propositions et délocalisations . Le syndicat est convaincu que les différentes conditions de sortie qui ont été convenues permettront d’éviter tout licenciement forcé dans le cadre de cette suppression d’emplois.

« Les mobilisations, les arrêts de travail et la grève qui ont eu un suivi massif par le personnel de BBVA, ont été le moteur clé pour démêler la négociation et amener la Banque à finir par céder à une position très dure dans la négociation », dit le syndicat dans sa déclaration.

Enfin, les conditions économiques des sorties sont les suivantes pour les travailleurs ayant une ancienneté minimale de 10 ans. Pour les plus âgés, à partir de 63 ans, ils se voient proposer 20 jours travaillés par an avec un maximum de 12 mensualités. Pour les 55-62 ans, la banque propose 75 % de la rémunération annuelle et un accord spécial avec la Sécurité sociale jusqu’à 63 ans avec une majoration annuelle de 3 %. Entre 53 et 54 ans, le niveau de rémunération tombe à 65 %, mais l’accord particulier avec la Sécurité sociale est maintenu.

Pour les groupes plus jeunes, la méthode de calcul change. Pour ceux qui ont entre 50 et 52 ans, la banque propose une indemnité de six fois 65 % du salaire annuel, avec un maximum de 320 000 euros. De plus, il bénéficie d’une convention spéciale avec la Sécurité sociale jusqu’à l’âge de 63 ans avec un revenu temporaire de 15 500 euros par an. 2.000 euros de prime volontaire s’ajoutent tous les trois ans d’ancienneté. Un bonus supplémentaire de 15 000 euros pour un déménagement difficile.

Enfin, pour les travailleurs de moins de 50 ans et qui ne remplissent pas le critère de 10 ans d’ancienneté, la banque propose 40 jours par an travaillés avec un maximum de 30 mensualités. Là encore, il ajoute une prime volontaire de 2.000 euros tous les trois ans d’ancienneté et 15.000 euros pour les déménagements difficiles. S’il s’agit de travailleurs âgés de plus de 55 ans mais n’atteignant pas l’ancienneté de 10 ans, l’accord particulier avec la Sécurité sociale s’ajoute jusqu’à 63 ans avec une majoration annuelle de 3%.

L’accord ERE inclut non seulement les conditions économiques des départs mais aussi la mobilité des travailleurs. Si le changement de destination se situe entre 25 et 100 kilomètres, sans changement de résidence, la banque paiera 0,24 euro par kilomètre pour chaque jour en personne sur deux trajets quotidiens. S’il dépasse 100 kilomètres et qu’il n’y a pas de changement de résidence, un paiement unique de 1 000 euros et 0,24 euros par kilomètre sera versé pour deux déplacements quotidiens chaque jour de présence pendant trois ans.

Si le trajet est de 25 à 100 kilomètres et qu’il y a un changement de résidence, il y a 500 euros bruts par mois pendant trois ans. De 100 à 250 kilomètres, le même montant mais pour quatre ans. Si les 250 kilomètres sont dépassés, comme un changement d’île ou à Ceuta et Melilla, un paiement unique de 4 000 euros et 500 euros par mois sera versé pendant six ans.

En plus de la mobilité, l’accord pour l’ERE suppose qu’il y a 210 congés incitatifs de la banque qui, en pratique, suppose qu’il s’agit de travailleurs qui quittent l’entité, mais avec un contrat de retour de cinq ans.

Suite à cet accord, seule la CaixaBank ERE est en attente de négociation dans le domaine bancaire. Les positions des parties dans cette affaire étaient plus éloignées depuis le début et la preuve en est qu’il a fallu s’entendre sur près d’un mois de plus de pourparlers, étant donné l’impossibilité de parvenir à un accord en temps opportun. Lors de la réunion de mardi, la direction a de nouveau évoqué une réduction du nombre de sinistrés à 7 400 personnes, 205 de moins que la dernière proposition et près de 900 de moins que les 8 291 extinctions initialement évoquées, selon des sources de l’entité.


Source: ElDiario.es – ElDiario.es by www.eldiario.es.

*The article has been translated based on the content of ElDiario.es – ElDiario.es by www.eldiario.es. If there is any problem regarding the content, copyright, please leave a report below the article. We will try to process as quickly as possible to protect the rights of the author. Thank you very much!

*We just want readers to access information more quickly and easily with other multilingual content, instead of information only available in a certain language.

*We always respect the copyright of the content of the author and always include the original link of the source article.If the author disagrees, just leave the report below the article, the article will be edited or deleted at the request of the author. Thanks very much! Best regards!





Related Posts

Recommended

Trending